Mon site personnel
19, rue du haut de Bras 54110 DOMBASLE
06 62 46 34 96
En présence de :

Pierre FRANCOIS, Directeur Régional de Jeunesse et Sports

Robert BLAISE, Conseiller Général, Maire de Dombasle

Jean Paul SCHMITT, Adjoint à la Vie Sportive

Hervé COLLOT, mon 1° "Prof de Gym", International de Football

Jean-Louis WALTER, actuel Président de Dombasle Athlétisme

Solange, Monique, Nicole,Carole et Bertrand, ma mère, mon épouse, ma soeur, mes enfants et de nombreux amis et dirigeants sportifs
Médaille d'or Jeunesse et Sports
(J.O. du 14/07/97)
remise le 08/09/1997
Dombasle - Hôtel de Ville
Discours prononcés (Voir ci-dessous)
Allocution de Jean Paul SCHMITT, Adjoint à la Vie Sportive

Monsieur le Maire,
Monsieur le Directeur Régional de Jeunesse et Sports,
Mesdames, Messieurs les représentants des clubs sportifs,
Mes chers Collègues,
Mes chers amis,

Je voudrais tout d’abord saluer la présence parmi nous de Pierre FRANÇOIS, Directeur Régional de Jeunesse et Sports, mais aussi dombaslois de naissance avec qui nous avons partagé tout deux, une bonne partie de notre enfance.

C’est avec grand plaisir qu’en tant qu’Adjoint à la Vie Sportive, j’interviens aujourd’hui lors de la cérémonie officielle attribuant la médaille d’or de Jeunesse et Sports à André TERNARD. Cette distinction représente un événement important dans la vie de notre Cité, car celle-ci est distribuée avec parcimonie, et ne peut consacrer qu’un dirigeant émérite ayant consacré une grande partie de sa disponibilité au service du sport.

Je suis donc particulièrement heureux de retracer brièvement le parcours d’André, je vais peut-être commettre quelques inexactitudes, ma mémoire est parfois défaillante, ces souvenirs sont déjà loin ; car depuis ma plus tendre jeunesse, j’ai pu suivre de près sa longue carrière de sportif. En effet, tous deux, on est du même âge, je suis son aîné de quelques jours, nous sommes natifs de Dombasle, et on habitait le même quartier, celui de la gare.
Je me rappelle le temps de nos culottes courtes, les tirs au but contre les portes de garages, les petits matchs de foot sur la placette de la rue Estiennes d’Orves, et puis aussi sur la digue, où sont implantés le tennis maintenant, on avait formé des équipes de quartier, tel que les Amis du Canal, le Maroc, le Stand, etc., c’est ce que l’on appelait le football de rue.

C’est vrai, qu’à l’époque, une importante jeunesse infantile était à Dombasle, il y avait beaucoup d’ouvriers aux usines Solvay, c’était les années d’après guerre, et tous deux,
on fait partie des classes assez nombreuses.

Mais je crois que le vrai déclic de notre engagement dans la vie sportive démarre vraiment au C.E.G., C.E.G. qui est maintenant devenu C.E.S., et je peux dire aussi grâce à un homme, je ne savais pas qu’il serait là ce soir, mais c’est Hervé COLLOT, nous étions très fiers qu’il soit notre professeur, car Hervé, à l’époque là, était titulaire de l’équipe professionnelle du F.C. Nancy, et qu’il nous communiquait sa passion vraiment pour le sport.

Je peux dire aussi qu’il y avait des structures scolaires, le stade Marcel LEROY, qui était implanté en bordure de la route de Sommerviller, qui était un stade magnifique, dommage qu’il ait disparu, ce stade, donc où on pouvait y pratiquer le football, le hand, le basket et aussi l’athlétisme.

Moi, si j’avais opté pour le handball, je crois que toi, tu avais opté pour le basket, tu fis donc tes premiers matchs en U.S.E.P. et c’est tout naturellement qu’un nombre important d’élèves intègre les clubs sportifs locaux et là tu entames ta carrière de basketteur, « tu me dis, si je me trompe ».

Je vais faire une petite parenthèse, car peu de monde le sait, mais André, c’est aussi un excellent nageur, il a donc fait partie de l’équipe de Water Polo, avec notre collègue, Hubert ARNOULD, qui se cache là-bas, à l’époque, on avait une piscine dans un bras de la Meurthe, et donc, cette équipe de Water Polo, je me rappelle, était quand même une des meilleures équipes de Lorraine.

Puis, un beau jour, tu es arrivé à l’entraînement de Handball, tes moyens physiques étaient nettement en-dessous de la moyenne - au-dessus rires dans l’assemblée, tu évolues très rapidement en équipe première, à mes côtés d’ailleurs, pendant quelques saisons,
tout en continuant à pratiquer le basket.

André, c’est aussi, un homme de tempérament mais aussi de justice, sur un terrain, sa volonté de gagner est connue de tous, parfois il supporte difficilement les petites erreurs d’arbitrage ou les partenaires un peu nonchalants, il s’emporte quelque peu.

Alors, il se dirige aussi vers un sport individuel dont les seuls juges, c’est le chrono, c’est la hauteur que l’on passe, c’est le lancer, et donc là, il est seul contre cette nature.

C’est là que débute une longue relation avec le club local. C’est cette discipline, je pense qui va te procurer les plus grandes satisfactions. Tout d’abord comme compétiteur, la course est sa spécialité du 100 mètres au 800 mètres, et plus particulièrement le 400 mètres, il fut deux fois vice-champion de Lorraine, son record personnel est de 50 secondes 1, je crois, et au niveau local, il a été détrôné depuis peu par Franck PILLOT qui est quand même un espoir national. Tu fus aussi champion d’Académie du 800 mètres et aussi champion et recordman de Lorraine du 4 fois 200 avec notre ami Pierre FRANÇOIS, tu t’en rappelles, j’espère s’adressant au Directeur Régional

Comme entraîneur, aussi et prenant toutes tes responsabilités,
tu deviens Président du club local à 24 ans.
Quelques années plus tard, en 1976, tu accèdes à la Présidence de la Ligue Lorraine que tu assumes pendant 8 ans. Entré à la Fédération en 1978, tu accèdes en quelques temps à un poste-clé de la Fédération.

Sur le plan local, je crois que ta plus grande satisfaction, c’est la réalisation du complexe d’athlétisme, tu as su trouver les mots justes, pour convaincre le Conseil Municipal de l’époque, tous les sportifs qui fréquentent ce site peuvent t’en être reconnaissants.

Le cinquantenaire de l’athlétisme en 1995 représente également un temps fort de ta présidence, car l’amitié qui régnait pendant ces deux jours ne peut te laisser insensible.

On saute un peu de discipline, car son fils Polo, eh bien, il pratique le basket, en équipe une, et André prend le chemin de la salle des sports qu’il n’a d’ailleurs pas beaucoup quitté puisqu’en Hand, il continue encore à pratiquer, mais là pour son plaisir, avec une équipe d’anciens,
mais qui joue en compétition quand même.

D’abord joueur de basket, il accède rapidement à la fonction d’entraîneur, et bientôt, tu te retrouves comme coach de l’équipe première pendant de nombreuses années. Le départ du président Michel EMMET qui a présidé le club de basket depuis des décennies, on peut dire, précipite ton élection à la tête de l’équipe dirigeante en 1994, donc depuis cette date, tu es Président du basket en même temps que Président de l’athlétisme, encore. Je tiens à dire que la section locale de basket évolue en ce moment en promotion d’excellence, niveau jamais atteint par le passé.

Cette énumération de tes différentes fonctions sportives démontre avec quelle passion, disponibilité et efficacité, tu as servi et sers toujours la noble cause du sport.

Mais ces aptitudes ne s’arrêtent pas à ce qui nous rassemble aujourd’hui, tu as également choisi d’assumer une fonction élective municipale, c’est-à-dire de participer
à la vie publique au service de tous.
Monsieur le Maire est plus compétent pour estimer ta fonction de précieux collaborateur, mais sache qu’en ce qui me concerne, je suis très heureux de siéger et travailler à tes côtés.
Il est vrai que l’on retrouve de nombreux sportifs dans les différentes assemblées électives, je suis persuadé que lorsque l’on a donné beaucoup de son temps dans une vie associative et non pas seulement sportive, nous pouvons donner aisément notre disponibilité
au service public pour le bien de tous.

Je dois également rappeler puisque, je suis devant le conseil municipal, qu’un autre collègue, Jean Pierre GEOFFROY est détenteur de la médaille d’or de la Jeunesse et Sports, aussi Jean Pierre, qui a pratiqué l’athlétisme, mais qui se révéla par le handball, dont il fut arbitre fédéral, Président du club local, Président du Comité départemental
et Vice-Président de la Ligue de Lorraine.

Aussi Jean Pierre, je t’associe à l’ensemble des sportifs dombaslois pour présenter à André, toutes nos chaleureuses félicitations, et à tous ceux qui l'entourent, dont Monique, son épouse qui doit supporter cette vie trépidante, à qui j'adresse tous nos remerciements pour sa patience, sa compréhension mais aussi pour son aide aux côtés d'André lors de nos manifestations importantes, on peut dire un grand bravo à tous les deux.

Intervention de Jean Louis WALTER, Trésorier de Dombasle Athlétisme


André, si j’ai demandé à Robert de prendre un court instant la parole, malgré mon aversion, tu le sais, pour ce genre d’exercice, c’est simplement pour te dire merci au nom de toute la famille de l’athlétisme dombaslois pour laquelle tu as œuvré et tu œuvreras, on l’espère tous,
pour de longues années encore.
Saches aussi que la place de numéro deux me convient parfaitement, alors encore merci et bravo.



Intervention de Robert BLAISE, Maire de Dombasle, Conseiller Général


Monsieur le Maire de Varangéville et Monsieur le Maire d’Azelot
que je suis très heureux de pouvoir saluer,
Mesdames, Messieurs les élus, Monsieur le Directeur, Mesdames, Messieurs,

J’ai donc le grand plaisir pour la deuxième fois au cours de ces dernières années d’être dans une réunion où l’on remet la médaille d’or de Jeunesse et Sports à un de mes adjoints.

J’y vois plus qu’une coïncidence, ou qu’un accident de l’histoire, je suis convaincu que ce n’est pas un hasard si nous sommes de cette trempe-là, et si aujourd’hui, raisonnablement et avec beaucoup de justice, André a droit à cette médaille qui est tout ce que l’on veut
sauf une médaille en chocolat.

Jean Paul a rappelé un passé pas si ancien que çà, même si les culottes courtes que tu évoquais ont quelque peu grandi, ou que les jambes ont rétréci, tu as évoqué les affaissements du stade Marcel LEROY et André, il ne s’affaisse pas, toi non plus Jean Paul, c’est une évidence, car derrière ce passé, il y a cet engagement, toujours quotidien, toujours d’actualité.
Et puis je crois, Monsieur, le Directeur, qu’il ne s’arrêtera pas, il peut pas s’arrêter. Je ne sais pas si sa femme a essayé, mais c’est quasi impossible, Monique, tu le sais bien.
Et André a toujours fait preuve d’un grand dynamisme, d’une grande ambition sportive, d’ailleurs les sportifs, et Monsieur COLLOT ne me contredira pas, s’il n’y a pas d’ambition, on ne fait pas vraiment de sport, il faut se battre, il faut avoir envie, envie de gagner, envie de faire partager sa passion et çà tu as su et tu continues à savoir le faire, sans aucun dérapage même si cette ambition, Monique me l’a dit plusieurs fois, faisait que sa femme préférait rester tricoter plutôt que d’être à côté de son mari lorsqu’il assiste à des rencontres sportives.

Car jamais bien entendu, Monsieur TERNARD ne se permettrait de critiquer les arbitres, mais en fait, il pense que l’arbitre ne connaît pas les nouvelles lois qui viennent de sortir, c’est plutôt dans ce sens là, n’est ce pas, et il est vrai que s’il y a quelques noms d’oiseaux, le registre est certainement beaucoup plus étendu que celui de Madame BOUDIERE (rires dans l’Assemblée), je ne peux m’en empêcher.

C’est cela qui a fait qu’aujourd’hui d’ailleurs, il y a autant de monde, André, qui réponde à ton invitation, je crois qu’ils sont venus d’un peu partout du secteur, cela me fait, moi aussi grand plaisir d’en reconnaître certains, même si j’ai eu parfois du mal à en reconnaître de prime abord, n’est ce pas Jacky, mais ça va venir.
Et c’est aussi ce que tu continues à faire aujourd’hui, on se demande s’il lui reste un peu de temps, car Président inamovible et Monsieur Jean Louis WALTER vient bien de le dire, je crois que tu es parti jusqu’à la retraite, il veut pas le numéro deux, de Dombasle Athlétisme, président normalement par intérim du basket, mais c’est un intérim qui commence à durer.

André, c’est tout cela, il est tout partout, il préside également le S.I.S., il gère des gymnases, etc., tout ce qui concerne le sport, il l’a dans la peau, ça s’appelle comme çà, c’est cette exemple-là, qui, aujourd’hui, je crois Monsieur le Directeur, est justement récompensé et nous sommes très heureux au nom de la Municipalité, en mon nom personnel de te dire avec beaucoup d’amitié que nous sommes fiers de toi et que nous savons que malgré tes nombreuses occupations,
tu es toujours présent.
Certains diraient peut-être que le Maire peut s’en réjouir, d’habitude un Premier Adjoint veut prendre la place du Maire, mais lui, il prend des présidences de club,
il ne prendra pas ma place.

Mais je crois que c’est çà qui nous anime les uns, les autres, car justement cet esprit sportif, cet esprit collectif, c’est le nôtre et c’est çà André que tu sais faire passer, alors pour tout cela, bravo, j’attendrai avant de te serrer la main que Monsieur le Directeur ait parlé
et t’ait remis cette médaille tant méritée.

Pour tout ce que tu fais et que tu feras demain et tu sais que l’on ne te lâchera pas, Merci.

Intervention de Pierre FRANÇOIS, Directeur régional de Jeunesse et Sports


Je crois que chacun a dit et avec les mots qu’il fallait ce qu’il convenait de dire, il est vrai que tout ce que je vais dire pourrait peut-être paraître superflu, Jean Paul SCHMITT, mon voisin Jean Louis WALTER, le Maire, chacun s’est exprimé et a dit les qualités
que nous connaissons à André TERNARD.

Je voudrais dire aussi que si à un titre, ou à un autre, athlète, handballeur, nageur, ou autre, il nous reste, nous avons une fibre sportive, j’aimerais rendre en même temps hommage à celui qui nous l’a donné, et que vous avez eu l’excellente idée d’inviter, notre ami, Hervé COLLOT. Applaudissements

Je crois que chacun a évoqué et j’en ai quelques émotions, des souvenirs anciens, j’ai revu la piscine de la Meurthe, j’ai revu le stade Saint Don, j’ai revu un certain nombre d’endroits, ou c’est vrai, nous avons usé énergie, culottes courtes et baskets, tout cela, évidemment, est un peu éloigné, j’ai grand plaisir, sachez-le, à être ici aujourd’hui, à reconnaître, même si nous avons changé les uns et les autres, beaucoup de visages, et en tout cas beaucoup de sourires.

Je suis très très heureux parce que ce qui a été dit tout à l’heure est très loin des propos de circonstances quand on remet des médailles, c’est un exercice qui m’est relativement familier maintenant, c’est vrai que la Médaille d’or n’est pas attribuée en grand nombre, elle est attribuée non pas par le Directeur Régional qui ne peut que la proposer, mais par le Ministre, donc elle ne vient que du haut, et aujourd’hui, c’est tout à fait justifié.

J’aurais eu grand plaisir moi-même à la remettre, à Monsieur GEOFFROY, je sais qu’il la méritait tout particulièrement, je crois que l’on peut l’associer à cet hommage, ce soir. Oui, Serge ARANDA était là, l’inusable Serge ARANDA, qui malheureusement a fait avec nous à la Direction Régionale sa dernière rentrée, il nous quittera le 20 septembre prochain, mais qui n'abandonne pas le monde sportif puisqu’il est déjà au Comité Régional Olympique et Sportif.

Alors je ne vais pas redire ce qui a été déjà dit, c’est vrai qu’André était au hand, il était à l’athlétisme, il était au basket, il était à la natation.
C’est vrai qu’il n’y a pas si longtemps, j’ai eu le plaisir de feuilleter cette collection de photos dont Monsieur CAPS, ici, est l’auteur, et je crois bien que sur un ponton de la piscine de la Meurthe, il y a tout un alignement de nageurs, j’en ai reconnu quelques-uns, mais en tout cas, toi, tu étais là, il y a des photos de l’athlétisme, où je suis juste derrière et toi, tu es là devant, il y a des photos du Handball, et surtout il est vrai que toi, tu es toujours présent.

Quand on a fait une carrière de sportif et ensuite une carrière de dirigeant, c’est vrai que c’est quelque chose qui n’est pas toujours gratifiant, quand l’on prend des responsabilités, il faut prendre aussi, en même temps des décisions, j’en parle, ici il y a des connaisseurs, et quand on prend des décisions évidemment il y a des mécontents et parfois cela pose un certain nombre de difficultés, tu as connu ce que c’était.
Ceci étant, c’est important aussi, quand on a connu des responsabilités au niveau régional, national comme cela a été ton cas et que l’on n'abandonne pas sur le terrain, on est toujours là, présent, avec des jeunes qui prennent le relais, avec des anciens qui sont toujours là, aussi, je crois que c’est tout à fait important d’avoir cette permanence et cette véritable foi
dans l’éducation et dans le sport.

Alors pour toutes ces raisons, effectivement j’ai proposé à notre Ministre, l’ancien pas plus que la nouvelle n’y a vu d’inconvénient que soit attribuée la Médaille d’or de la Jeunesse et des Sports qui va t’être remise : « Au nom de Madame le Ministre de la Jeunesse et des Sports,
la Médaille d’or est remise à André TERNARD. »
.
Mes remerciements après la remise de la médaille d’or

Pierre, Robert, Jean Paul et Jean-Louis
Chers collègues présidents et conseillers,
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,
Chers Amis,

Merci tout d’abord au Directeur Régional d’avoir accepté de revenir dans sa ville natale pour me remettre cette médaille mais surtout pour l’avoir proposé. Pierre, c’est un grand jour pour moi et je t’en remercie vivement.

C’est aussi important pour notre ville et à travers moi, c’est tout ce qui s’y fait en matière de sports, de jeunesse et de vie associative qui est récompensé, merci à tous ceux qui y contribuent, votre présence nombreuse me fait chaud au coeur, mais surtout montre notre volonté commune d’aller de l’avant et de promouvoir le monde associatif.

Merci à vous Jean-Paul, Jean-Louis, Robert et Pierre, pour les mots forts que vous avez prononcés à mon égard, ils me touchent profondément, certes ma carrière sportive et bénévole a été remplie mais sans jamais rechercher cet honneur qui m’est fait aujourd’hui et toujours pour permettre le développement de la pratique par le plus grand nombre, dans une ambiance sereine et dans le meilleur esprit

Merci pour leurs mots d’excuses ou leur présence à ceux qui m’ont donné cette culture, Hervé COLLOT, André JEANROY, Paul THOMAS, André GRANDJEAN, Pierre TRITZ, je me suis inspiré de ce que vous m’avez inculqué, je souhaite à ceux qui ont reçu le témoin de mes mains de pouvoir un jour dire la même chose.

Franck PILLOT, en stage aux Etats Unis est malheureusement absent, je le regrette, sa présence aurait permis de regrouper dans cette salle, près de 50 ans de la discipline forte de Dombasle Athlétisme, le 400 mètres, en présence de Jean SEMLER, mon prédécesseur sur les tablettes locales, merci à eux et aussi à Christiane BARBESANT, toujours inégalée chez les féminines et dont celui qui a assuré la formation de base n’est autre que le Directeur Régional, lui-même.

Je tiens également à rendre hommage à Jacques DELVAUX et Christian PORTOLANCE (absent, mais représenté), à Jacques et à sa regrettée épouse Lucienne pour la confiance qu’ils m’ont témoignée et la sagesse qu’ils m’ont toujours apportée dans ma présidence de la Ligue en restant en dehors des conflits de personnes, même si ceux-ci peuvent apporter à certains un poste ministériel. A Christian, non pas pour que demain, le Républicain Lorrain, parle de moi, mais parce que, comme Jean PEYROL l’était, il est un vrai journaliste sportif qui a su gardé cet esprit pur à l’abri des pressions de l’argent et du sensationnel.

Je profite de ce passage et de ces marques de considération, pour regretter ce temps passé où les stades étaient pleins de sans grades, pendant toute la saison estivale, et non pas deux ou trois fois par an pour des meetings à dollars, où les interclubs permettaient à chacun de se réaliser sans être enfermé dans un carcan réglementaire. Ce complexe dombaslois pour lequel je me suis tant battu permet, certes, un entraînement de qualité aux athlètes mais ne connaît pas actuellement l’effervescence du stade Solvay des années 50 à 70, c’est fort regrettable, je compte beaucoup sur Jean Louis WALTER pour faire à nouveau passer ces idées
au sein du Comité Directeur de la Ligue.

Ceci me permet de remercier Robert et la Municipalité dombasloise d’avoir gardé ces idées fortes, de permettre et de favoriser le développement du sport pour les jeunes et le plus grand nombre, c’est la bonne direction que nous avons choisi et je sais, Robert, que sous ton impulsion nous n’en dévierons pas, puisse demain par d’autres victoires politiques, nos instances supérieures suivent le même chemin.

Si je peux encore aujourd’hui mener de pair cette quadruple vie, 1° Adjoint, président de deux clubs, enseignant, père et époux, c’est grâce à toi, Robert qui accepte cette polyvalence, aux membres des Comités de Dombasle Athlétisme et de Dombasle Basket et tout particulièrement à Jean Louis WALTER d’un côté, à Danielle KWIATKOWSKI de l’autre, qui se dévouent sans compter pour ces deux sections que je préside, sans ces apports, je ne serai rien, merci de tout coeur pour l’aide que vous m’apportez.

En cet instant, je suis avant tout empli de l’esprit de celui qui, au dessus de nous, doit avoir les yeux pleins de larmes et le coeur plein de fierté, tant sous son caractère d’apparence dur, il avait un coeur d’or, c’est mon père qui a su me donner à la fois ce tempérament généreux mais aussi cette volonté de gagneur, je ne lui demande que de permettre de les transmettre à Bertrand, si ce n’est déjà fait et à beaucoup d’autres.

Ce don du bénévolat, je le dois également à son épouse, ma mère, qui bien plus que moi, chaque jour sait rendre service aux autres, Monique et Carole, dans leurs activités professionnelles et extérieures ont aussi ce même esprit, mais si je leur dois beaucoup dans cette réussite, c’est encore plus pour elle trois, d’avoir toujours accepté cette disponibilité à l’égard des autres à leur détriment et même de l’avoir favorisé, ces bouquets que je vais vous offrir à vous, Maman, Monique et Carole sont un bien pâle cadeau en échange du temps que je vous ai pris.

Polo, pour toi pas de fleurs, mais ce bâton de relais que je vais te transmettre pour continuer cette action que tu as déjà, comme moi très tôt, bien entreprise pour communiquer aux jeunes dombaslois et meurthe et mosellans, ta pratique.

Pendant que nous allons boire à la santé du sport et du bénévolat, je demande tout d’abord à Pierre et à Robert de parapher le livre d’or qui retracera cette soirée et ensuite à vous tous ici présent si vous le désirez de lui confier quelques mots.

Merci à vous tous de m’avoir écouté, et à nouveau de votre présence qui me va droit au coeur.